JOZEF PRELIS SEIHO

Jozef Prelis Seihō

Paris : Joindre Orient et Occident

Je suis tombé amoureux des Arts Zen quand j'étudiais la philosophie à la Sorbonne à Paris à la fin des années 80, début 90. Tout en étant plongé dans les théories de Nietzsche, Foucault et l'épistémologie, je suivis des programmes intensifs de méditation au Centre parisien de Chögyam Trungpa. Au-delà du contenu de ces enseignements, je fus à chaque fois frappé par la simplicité des arrangements floraux ikébana : ils rendaient l'espace vivant et m'offraient un point d'ancrage, de calme et de paix. L'environnement était aussi important que les paroles. Tel était le génie de Chögyam Trungpa, un maître Bouddhiste Tibétain, étudiant à Oxford et proche de plusieurs maîtres Zen japonais en Occident. Il savait transmettre la sagesse ancienne du Tibet, en utilisant les formes esthétiques du Zen japonais et le langage radical de la modernité occidentale.

Japon : Apprendre au-delà des mots

Dix ans plus tard je suis devenu étudiant de Kobun Chino roshi, maître Zen japonais de calligraphie et ami proche de Trungpa. Avec lui je vécus l'expérience directe d'un maître vivant manifestant ces enseignements. Pour répondre à une de mes questions compliquées, il fit simplement quelques traits de pinceau, plus parlant que les mots : c'était la calligraphie de Ten-Ku ou Ciel-Espace.

Après sa mort je suis parti au Japon. Pendant trois ans à Tokyo j'étudiai l'Ikébana, le Thé et le Zen comme les anciens. Sans explication mes professeurs me montraient patiemment le chemin. Et quand je les questionnais, ils me répondaient : "Regardez seulement !"

Là-bas aussi je découvris la magie de la chambre de thé japonaise. Dans cet espace réduit, presque sans décoration et avec peu d'objets, chaque élément participe à créer une atmosphère où tous les sens sont en éveil. Peu de mots, mais une vraie communication.

Bruxelles : Tenku-an retraite urbaine

De retour du Japon, porté par ces inspirations j'ai créé Tenku-an : un endroit de retraite urbaine à Bruxelles où les enseignements sont transmis autant par l'environnement que les mots. "An" signifie ermitage, traditionnellement situé dans les montagnes, une retraite pour la méditation et la recherche d'une beauté simple. C'est le modèle d'une modeste cabane de thé japonaise. Au milieu du stress de notre vie urbaine, Tenku-an est cet endroit protégé où les étudiants sont les bienvenus. C'est un lieu où les Arts Zen s'épanouissent.

JOZEF PRELIS SEIHO

Jozef Prelis Seiho étudie la méditation depuis plus de 25 ans. Il est formé comme instructeur de méditation et enseignant dans la tradition de Chögyam Trungpa Rinpoche. Il pratique également le Zen avec des maîtres Soto et Rinzai aussi bien en Europe qu'au Japon.

Il commence à apprendre l'ikébana à Paris au milieu des années 90 dans l'école Ohara avec les Grand Maîtres Annik Howa Gendrot et Marcel Vrignaud. En 2007 il obtient son titre de maître en ikébana de l'Ecole Ohara sous Ishii Suiho sensei à Tokyo. Il continue à étudier avec elle de façon intensive pendant 3 ans, recevant d'elle le nom de Sei-Hô : Pureté-Richesse intérieure. En 2010 il quitte le Japon avec le degré de Maître 2 associé (Iemoto nikyu waki kyôju). Il participe à des expositions et démonstrations au Japon, en France, en Belgique et en Angleterre.

Aujourd'hui Jozef Prelis continue d'étudier le thé dans l'Ecole Urasenke à Bruxelles sous la direction de Chantal Verdoodt depuis 2001. Il participe régulièrement aux retraites intensives "Thé et Zen" dirigées par Michiko Nojiri sensei en Belgique et en Italie. Pendant ses 3 ans au Japon il a poursuivi ses études avec une de ses plus proches élèves Eriko Moribe sensei à Yokohama. En 2017 il obtient l'autorisation formelle d'instructeur de thé (Hikitsugi).

Calligraphie de Sei Hō

Calligraphie de Sei Hō par Hiromi Convery

Copyright 2017 Jozef Prelis. All rights reserved. Site design by brianhilliardcreative.com